Formes de Luxe

Le magazine de l'emballage de luxe

Formes de Luxe

L’univers décalé de Lord of Barbès

L’univers décalé de Lord of Barbès

Hervé Lopez, cofondateur de Lord of Barbès, décrypte la genèse d’une marque, qui brasse l’univers premium des spiritueux et du parfum.

 

Comment est née votre marque ?

À l’origine, Lord of Barbès est le nom de ma maison de production. J’étais – et je reste –réalisateur de films d’animation, notamment pour la maison Hermès. Ma rencontre avec Vincent Valton, qui a travaillé en tant que commercial, principalement dans les grands groupes de spiritueux, a été décisive. Mon profil de créatif associé à celui de Vincent, plus orienté business, nous a permis de nous embarquer dans cette aventure, d’abord dans le gin, puis dans la parfumerie.

Qu’est-ce qui différencie votre production des autres gins “craft” du marché ?

Notre gin, certifié bio, est élaboré près de Cognac, à la Distillerie Bercloux, une entreprise familiale de brasseurs qui produit aussi du whisky et des alcools de plantes de manière artisanale. L’alambic utilisé est un Stupfler, un modèle en cuivre fabriqué en Gironde par un véritable chaudronnier. Il présente notamment l’avantage de ne pas trop chauffer, si bien qu’on ne risque pas de brûler la botanique. Notre gin est composé de matières premières biologiques dont la baie de genièvre bien sûr, mais aussi le pain de singe, fruit du baobab. L’eau que nous utilisons est puisée à Paris, dans le quartier de Barbès, où se trouve l’une des trois sources naturelles de la capitale. Nous avons reçu le feu vert du Service des Eaux pour nous y alimenter à chaque fois que nous lançons une production à Bercloux. Lord of Barbès est un gin plus fort que la moyenne. Nous avons débuté avec une production à 45°, mais le résultat était un peu gras et donc pas adapté au gin. En le remontant à 50°, il est devenu plus sec. Nous avons lancé une première production avec seulement 1 000 bouteilles, en novembre 2016.

Parlez-nous du packaging…

Pour notre gin, nous souhaitions un aspect “luxe décalé”. Nous avons passé pas mal de temps aux Puces à chiner des bouteilles de toutes sortes. Au début, nous étions partis sur une forme ronde de style apothicaire, mais c’est un modèle courant sur le marché et nous voulions quelque chose d’unique. Lorsque je suis tombé sur une flasque, ça m’a rappelé ma passion pour Lucky Luke quand j’étais enfant. Je me suis dit que je pourrais redessiner la bouteille qui était toujours nichée dans la poche du poivrot de la BD !

Nous avons donc opté pour un flacon plat en verre bleu teinté dans la masse. Pour ce, nous avons fait appel à Waltersperger, le dernier verrier français qui travaille en semi-automatique. Nous avons choisi le bleu car cette couleur a la vertu de protéger le contenu des rayons UV et c’était aussi un clin d’œil aux fioles de médicaments d’antan. Après tout, à l’origine, le gin était un remède contre les maux d’estomac !

Le décor est gravé dans le moule et le texte au dos est sérigraphié (Val Laquage). Pour le bouchage, nous avons d’abord choisi un bouchon à vis standard en aluminium, qui a ensuite été frappé par l’entreprise parisienne Boutroué – ce qui a demandé la création d’outillage. Mais à l’usage, l’aluminium s’est avéré trop malléable. Nous l’avons donc remplacé par le fer blanc, un standard également que nous faisons frapper.

La première bouteille de 500 ml (59 €) va être suivie par un modèle de 200 ml, ainsi qu’un format de 5 l qui fera 40 cm de haut. Par souci écologique, et aussi parce que la bouteille est onéreuse, le 500 ml est conçu pour être rechargeable, soit dans notre boutique parisienne, soit chez certains cavistes. Ce format sert aussi de PLV.

Et votre parfum ?

Unisexe, Parfum de Gin est basé sur la baie de genièvre, qui compose 40 % des notes de tête. Il a été composé par Amélie Bourgeois et Anne-Sophie Behaghel de la maison Flair. Pour le moment, nous commercialisons uniquement un vapo sac de 12,5 ml. Fabriqué par Marcel Franck, ce dernier est usiné en aluminium brossé, puis gravé (Boutroué). Le premier flacon sera lancé sous peu, dans la même bouteille de 200 ml que le gin. Le capot, signé Metapack, demande la création d’un moule car on reprend la forme de notre tête de mort. Il sera en Zamak avec une finition en fonte d’aluminium. Il suffira d’appuyer sur la tête pour diffuser le parfum !

Avez-vous d’autres projets en cours ?

Fin mars, nous lançons un tonic, également dans notre bouteille de 200 ml. Il s’agit d’une base pour cocktail, composée de citron bio de Sicile, quinine, gousse de vanille et sucre de canne bio. Ce n’est pas un sirop à proprement parler car le taux de sucre y est moins élevé, mais c’est un peu le même principe. Pour mixer le gin tonic, il suffira d’ajouter de l’eau gazeuse.

Alissa Demorest

Formes de Luxe
1 /

L’univers décalé de Lord of Barbès

Le parfum Lord of Barbès est conditionné dans le même flacon de 200 ml que le gin. Le vapo spray de 12,5 ml est usiné en aluminium brossé.

Les cofondateurs : Hervé Lopez et Vincent Valton

Hervé Lopez est l'âme créative derrière la marque.

L'actualité formes de luxe

Nos articles les plus populaires

-
Cap sur les investissements
-
Les enjeux de la personnalisation
-
Interparfums : L’expression du parfum

ABONNEZ-VOUS À Formes de Luxe

JE M'ABONNE
Novembre 2017 - N°121 Janvier 2018 - N°122 Mars 2018 - N°123