Formes de Luxe

Le magazine de l'emballage de luxe

Formes de Luxe

Le plan vert de Stora Enso

Le plan vert de Stora Enso

Avec son nouveau slogan, « The renewable materials company », Stora Enso mise sur les matières renouvelables* au-delà du carton. Henna Paakkonen-Alvim, VP Innovations Consumer Board Division, nous décrypte la stratégie d’innovation du fabricant suédois et finlandais.

 Comment abordez-vous l’innovation ?

L’innovation n’est pas une nouveauté chez Stora Enso, mais je dirais que les méga tendances mondiales d’aujourd’hui – le réchauffement climatique, l’évolution des modes de vie, la croissance démographique, la prise de conscience écologique et l’urbanisation – sont plus que jamais les moteurs de l’innovation en ce qui concerne les matériaux renouvelables, recyclables et issus de combustibles fossiles. Le consommateur final ainsi que nos clients exigent ce type de solutions, et nous sommes là pour y répondre. Notre objectif principal est de trouver des alternatives d’origine biologique qui remplaceront les matériaux fossiles, non seulement au sein de la division carton de Stora Enso, mais dans l’ensemble de l’entreprise. En ce qui concerne l’emballage, cela signifie qu’il faut développer des solutions à base de fibres qui offrent une plus grande efficacité matérielle, autrement dit, comment « obtenir plus pour moins ». L’allègement en fait bien sûr partie, y compris notre recherche sur la technologie MFC (cellulose microfibrillée), qui nous permet d’être encore plus légers puisque les fibres sont décomposées en particules bien plus petites avant leur transformation. Au-delà du carton léger, les utilisations finales du MFC peuvent inclure la création de films ayant des propriétés barrières ou même comme ingrédient dans des formules cosmétiques.

Vous travaillez aussi en partenariat avec d’autres entreprises dans le domaine des matériaux biocomposites.

Tout à fait. Il est essentiel de travailler avec des entreprises extérieures et de ne pas innover par nous-mêmes « en boucle fermée ». Nous travaillons avec des start-up comme Sulapac, un acteur finlandais avec lequel nous développons des pailles bio-composites et compostables, ainsi qu’avec des sociétés plus établies, comme Horauf, un fabricant allemand de machines d’emballage avec lequel nous avons développé des boîtes de conserve en carton. Ce partenariat utilise nos matériaux et l’outillage Horauf.

Notre pipeline d’innovation pour les biocomposites comprend la production de bouchons, de capots, de composants packaging et de contenants rigides en biocomposite. Les tubes biocomposites sont également en cours de développement et prendront un peu plus de temps. Les tubes à base de carton existent déjà.

Quels types d’investissements faites-vous dans les biocomposites ?

Nous avons investi 12 millions d’euros pour la production de granulés
bio-composites dans notre usine de Hylte en Suède en 2017 et la production a débuté un an plus tard avec une capacité de 15 000 tonnes. En août dernier, nous avons injecté 7 millions d’euros supplémentaires dans un centre de compétence bio-composite ainsi que dans de nouvelles machines spécialisées dans le fraisage de grandes fibres pour Durasense. Dans le cadre de l’emballage de luxe, nos matériaux bio-composites peuvent être utilisés comme pots pour cosmétiques ou  bouchons pour spiritueux. Composés de 30 à 60 % de fibres de bois, ils permettent de réduire la quantité de plastique par rapport aux solutions existantes.

Votre division « Smart » a également une orientation écologique.

Oui, et le lancement récent de notre étiquette Eco-RFID à des fins d’authentification l’illustre bien. L’étiquette à base de fibres est exempte de tout substrat plastique et n’a donc aucun impact sur le flux de recyclage. En termes de connectivité, l’étiquette possède une antenne métallique, mais elle n’intègre ni d’encre argentée, ni cuivre, ni aluminium gravé.

Quelle est la plus forte demande de la part de vos clients aujourd’hui ?

Les marques recherchent des solutions durables qui puissent les aider à construire leur image écologique. Ce nouveau type “d’éco-sophistication” est parfaitement adapté à nos matériaux.

*Suite à notre entretien, Stora Enso a annoncé un investissement de 5 millions d’euros dans une unité de production en Suède dédié aux produits moulés à base de fibre certifié PFC et FSC.

Alissa Demorest

Formes de Luxe
1 /

Le plan vert de Stora Enso

Impression en bande étroite de l'antenne sur papier Stora Enso. Le substrat peut également tolérer des matériaux plus épais, comme Ensocoat. La fixation de la puce (IC) est réalisée dans un processus séparé (une technologie propriétaire de Stora Enso).

Henna Paakkonen-Alvim, VP Innovations Consumer Board Division chez Stora Enso

L'actualité formes de luxe

Nos articles les plus populaires

-
Avec Trēva, Eastman se lance dans les bioplastiques
-
Montée en impression des papiers de soie
-
Oudin et Yves Rocher prônent la circularité

ABONNEZ-VOUS À Formes de Luxe

JE M'ABONNE
Septembre 2018 - N°126 Novembre 2018 - N°127 Janvier 2019 - N°128