Formes de Luxe

Le magazine de l'emballage de luxe

Formes de Luxe

PRP Création va de l’avant

29/01/2019

PRP Création va de l’avant

Spécialiste du packaging plastique pour l’industrie cosmétique, avec une production 100 % française, PRP Création a été repris en 2017 par la holding Stlinks. Vincent Joffre, directeur commercial, nous dévoile les axes de développement prioritaires du fabricant pour 2019 et au-delà.

Comment se porte l’entreprise ?

Depuis le rachat, PRP Création a vu son chiffre d’affaires grimper de 14 millions d’euros en 2107 à 19,5 millions d’euros en 2018. La conjoncture plutôt favorable a joué un rôle, mais la reprise à aussi redynamiser l’image de l’entreprise avec l’arrivée de profils plus jeunes, une équipe commerciale au plus près de nos clients et le renforcement du bureau d’études. Des techniciens process et des chefs de projet design encouragent la conception disruptive et transversale et se tournent aussi vers des marchés en dehors de la beauté.

Votre expertise dans le packaging cosmétique reste votre fer de lance ?

La cosmétique et les soins premium sont notre terreau de base et les solutions spécifiques représentent 90 % de notre activité. Notre volonté aujourd’hui est d’être plus multi-axes afin de devenir un acteur significatif dans le maquillage et le parfum surtout pour produits dérivés. Notre particularité est que l’on est une petite structure agile et multi-compétence ce qui nous permet des coûts de développement importants. On est prêt à prendre un risque du moment que notre client le partage avec nous !

Et votre politique d’innovation ?

Nous l’avons construite sur cinq thématiques : l’impression 3D, le « smart packaging », le développement durable, l’airless, et l’aspect décoration et sensorialité du pack.

Quel est le rôle de l’impression 3D chez PRP ?

Nous avons récemment investi dans deux imprimantes, une à fil et une à polymérisation. La première concerne un travail en amont sur les formes des flacons, et la deuxième sera d’abord dédiée à la réalisation des moules. Cela va nous permettre de réaliser des préséries surtout pour la compatibilité, mais aussi pour la production de pièces mécaniques notamment pour l’activité décoration, par exemple pour le calage du marquage à chaud ou la sérigraphie – des process qui, traditionnellement, demandent des pièces usinées en acier. Il y a donc un intérêt en termes de réactivité, et bien que le rendu ne soit pas exactement pareil entre l’acier et la pièce issue de la fabrication additive, on peut produire des pièces de présérie très qualitative.

Vous êtes aussi impliqués dans le pack connecté.

Oui, mais vu que dans ce domaine nous n’avons pas de compétences particulières il s’agit plutôt d’une recherche de partenaires, comme nous l’avons fait avec Mobeefox, afin de trouver des solutions simples et efficaces pour l’utilisateur final. Dans l’univers du pack connecté nous faisons beaucoup de veille et de sourcing aussi au sein d’autres industries pour transposer des solutions dans la cosmétique.

Au-delà de la réduction de votre empreinte carbone, quelles sont vos priorités pour l’axe développement durable ?

Nous travaillons énormément sur le recyclage et les produits recyclés et le PETR représente actuellement entre 10 et 12 % de notre activité. Il y a une demande forte pour le PETR* et nous avons entamé un chantier pour sourcer chez des fournisseurs fiables et s’assurer de la qualité de la filière, car ce qui fait la qualité de ce matériau c’est la qualité de la collecte de base, qui varie de région en région. L’Italie, par exemple, à une collecte de PET bien plus propre que ce que l’on peut trouver en France. Ensuite, il y a la notion de process, avec certains acteurs qui sont capables de bien cibler la colorimétrie du lot et d’autres qui peinent encore à arriver à ce même niveau. Les attentes esthétiques du secteur de la cosmétique et du luxe en générale sont très élevées ; s’il est facile aujourd’hui d’utiliser du PETR pour un flacon teinté dans la masse, le challenge de demain sera d’avoir le même aspect cristallin qu’il s’agisse de PETR ou de PET classique. Il y a aussi des recherches en cours par des sociétés comme Cardios qui travaille sur la chimie verte, dont le PET greffé par enzyme, mais là il s’agit d’une mise sur le marché à l’horizon 2025.

L’airless est aussi un axe de développement ?

Oui. PRP développe ses propres matériaux pour les poches airless et assure également les tests d’étanchéité et de volume. En plus de la poche classique nous proposons des poches à délamination pour les flacons co-extrudés.

Nous venons de signer un accord d’exclusivité sur le brevet d’une pompe airless avec une entreprise qui fait de l’innovation et qui nous a présenté une solution que nous pouvons fabriquer en interne. Étant donné que 90 % de notre activité est en spécifique, le fait d’avoir notre propre solution de pompe airless va nous permettre  de concevoir différents types de pompes. Ainsi, nous serons autonomes et nous pourrons proposer à nos clients une solution flacon, poche et pompe.

Pour le mascara Pump Up de Dior, par exemple, notre poche permet un taux de restitution de la formule au-delà de 98 %. Pour la Crème Main de Chanel, nous avons assuré la partie basse, c’est-à-dire la poche intérieure et la décoration extérieure du flacon.

Le dernier axe c’est donc le côté décoration et sensorialité du flacon.

Le flacon plastique est un peu en retard dans ce domaine et nous avons donc décidé de regarder ce qu’il se passe ailleurs pour trouver des encres et des vernis spéciaux, des finitions spécifiques dans le moule et de travailler des matières qui puissent intégrer des charges minérales ou métalliques. Cela nous ouvre parallèlement à d’autres techniques, comme l’impression numérique qui est encore à son balbutiement dans notre secteur. Pour avancer dans ce domaine, nous travaillons la notion d’IML dans l’extrusion soufflage. Nous nous sommes rapprochés d’imprimeurs d’étiquettes équipés en numérique chez qui nous achetons des étiquettes pour pouvoir faire de la sérialisation.

Pour mettre en valeur notre politique d’innovation, nous organisons une biennale, le Happy Creation Day, dont la deuxième édition est prévue le 4 juillet prochain. Cette manifestation, à l’usine de Oyonnax, est destinée à nos clients et partenaires. Il y aura une table ronde sur le rôle et les pouvoirs des influencers ainsi que trois « villages » qui correspondent à nos axes d’innovation : le développement durable, où seront convié des fournisseurs de matières premières comme Sulapac, Lactip et Naturplast ainsi que des acteurs du recyclage ; l’espace start-up avec des acteurs orientés Smart Packaging dont Mobeefox ; et le village économie sociale. L’évènement sera clôturé par un défilé de mode d’une vingtaine de créations faites à partir de déchets en plastique. Seram sera notre partenaire pour le défilé et va contribuer aux accessoires pour sublimer ces créations « seconde vie » !

* Le PET recyclé

Alissa Demorest

Formes de Luxe
1 /

PRP Création va de l’avant

Vincent Joffre, directeur commercial de PRP Création

L'actualité formes de luxe

ABONNEZ-VOUS À Formes de Luxe

JE M'ABONNE
mars 2019 - N°129 mai 2019 - N°130 juillet 2019 - N°131