Formes de Luxe

Le magazine de l'emballage de luxe

Formes de Luxe

Le thé : inspiration pour le parfum

Le thé : inspiration pour le parfum

Trois questions à Marc-Antoine Corticchiato, créateur de Parfum d’Empire, et Jeanne Doré, rédactrice en chef du Nez, La Revue Olfactive.

Depuis quand le thé est-il utilisé en parfumerie ?

Marc-Antoine Corticchiato : À l’origine de l’accord thé il y a l’absolu de maté, un composant cher et délicat à travailler seul. Au début des années 90, Jean-Claude Ellena pour Bvlgari l’a intégré en associant à une trace de damascone et de maté, hédione, ionone béta et éthyl linalol.
Un accord qui peut être aisément facetté.

Jeanne Doré : Le thé n’est pas en parfumerie un ingrédient en tant que tel, il faut reconstituer ses parfums avec des ingrédients naturels et des molécules de synthèse. L’Eau parfumée au thé vert de Jean-Claude Ellena a marqué l’arrivée de la marque de joaillerie en parfumerie. Bvlgari a ensuite décliné sa collection avec un thé blanc, rouge puis bleu.

Quels thés sont les plus travaillés ?

M.-A. C. : L’accord thé a été pensé pour renouveler les eaux et colognes, apporter une fraîcheur nouvelle en phase avec la recherche de zen typique des années 90. Les thés verts issus de la note initiale créée pour Bvlgari ont été déclinés et d’autres ont pris le relais : les thés noirs ont conduit à des parfums fumés comme La Treizième Heure de Cartier, Tea for Two de L’Artisan Parfumeur ou Bvlgari Black. Pour ma part, j’ai travaillé un thé blanc fruité pour Osmanthus Interdite. L’absolu de maté est en majesté dans Duel d’Annick Goutal mais il peut être travaillé pour ses facettes de foin et de tabac. Les thés fumés de type Lapsang Souchong ont eux permis d’introduire des notes cuirées et boisées.

J. D. : L’accord “thé vert” de Bvlgari, simple, a été repris avec succès dans CK One et Green Tea d’Elizabeth Arden. Avec les autres thés, on joue sur des notes de foin, d’épices et de muscs.

Quid des tendances ?

M.-A. C. : La tendance est aux parfums gourmands. Les notes thé sont donc plus discrètes. Mais il y a eu de jolies sorties de niche ces dernières années : Imperial Tea chez By Kilian ou L’Île au Thé d’Annick Goutal. En général, on retrouve ce type de notes dans les eaux fraîches. Elles sont bien présentes dans les parfums d’ambiance et les bougies.

J. D. : Le thé semble connaître un regain d’influence sur la parfumerie de niche avec un positionnement plus luxueux. Outre l’Impérial Tea et L’Île au thé, citons le Thé Noir 29 chez Le Labo et la Rare Teas de Jo Malone lancée en 2016. Sans oublier Bohea Bohème sorti chez Mona Di Orio, inspire du thé fumé Bohea. Pour ma part, j’aime Thé fantaisie chez Roger & Gallet qui est musqué, épicé.

Cette interview est tirée de l’enquête consacrée au Thé parue dans le numéro 128 de Formes de Luxe.

Christel Trinquier

L'actualité formes de luxe

Nos articles les plus populaires

-
Diam rachète Norline et Cofima

ABONNEZ-VOUS À Formes de Luxe

JE M'ABONNE
Septembre 2018 - N°126 Novembre 2018 - N°127 Janvier 2019 - N°128