Formes de Luxe

Le magazine de l'emballage de luxe

Formes de Luxe

Metapack : une stratégie d’avenir

Metapack : une stratégie d’avenir
Betul BAlkan

« Autant concepteur que médiateur » selon ses dirigeants, Metapack a fêté son 20e anniversaire lors d’une soirée au pied de la Tour Eiffel début décembre. Annette Der Minassian, P-dg, et Isaure de la Noue, directrice commerciale, fondatrices de l’entreprise avec Vahé Der Minassian, directeur financier, nous révèlent les ambitions du fabricant pour 2019 et au-delà.

Comment définiriez-vous l’expertise de Metapack ?

Annette Der Minassian : Notre business model est très spécifique. Nous n’avons pas nos propres usines, mais nous nous appuyons sur des partenaires qui, eux, ont chacun une spécificité. En les combinant on peut mener à bien un projet commun. Je dirais que nous sommes l’extension de nos clients chez les fabricants, mais aussi l’extension des fabricants chez les clients. On est autant concepteur que médiateur.

Au fil des ans nous avons ajouté des cordes à notre arc. Nous avons débuté dans le promotionnel ; ensuite sont venus nos premiers capots en Zamak fabriqués en Chine, puis les inserts… De fil en aiguille nous nous sommes spécialisés dans le haut de gamme et la technicité pour le marché des parfums et cosmétiques en renforçant notre bureau d’études. Nous avons pu proposer à nos clients la fabrication avec différents matériaux en fédérant plusieurs usines.

Isaure de la Noue : Nous avons la capacité de répondre aux gros volumes comme aux petites séries, pour les marques de niche, par exemple. Metapack était un précurseur dans ce domaine : le premier à nous contacter fut la marque By Kilian en 2007 pour le lancement de sa ligne Œuvre Noire.

Historiquement vous travaillez avec des usines en Chine, mais vous souhaitez dorénavant accroître vos produits fabriqués en France.

Isaure de la Noue : Oui. Aujourd’hui nous travaillons très régulièrement avec six usines en Chine qui ont un savoir-faire de pointe dans le métal, le plastique et le gainage de cuir. Notre souhait est d’ouvrir davantage de partenariats avec l’Europe et la France, une approche que nous avions amorcée il y a deux ans avec la réalisation d’un outil de massage pour Chanel en collaboration avec un injecteur français. La Chine est actuellement en pleine mutation car l’industrie est en train de passer à une production plus propre. Il y a donc des ateliers qui ferment, et l’Europe aura une carte à jouer. C’est à nous de trouver les process que l’on pourrait rapatrier.

Ce désir de travailler entre l’Asie et l’Europe, est-ce en réponse aux demandes en matière de développement durable, au time to market ou aux coûts qui augmentent en Chine ?

Isaure de la Noue : C’est un peu de tout ! Certaines marques sont très intéressées par le Made in France, et il y a aussi la question du timing ; si l’on s’affranchissait du Nouvel An chinois on pourrait gagner un mois sur une production.

Quelle est votre approche à l’éco-conception ?

Isaure de la Noue : Industriellement notre fabrication en Chine se fait dans des usines propres qui répondent aux cahiers des charges de nos clients, mais pour nous l’éco-conception c’est aussi la recherche de solutions dans le domaine de la rechargeabilité. Nous concevons des produits éco-responsables dans la fabrication, dans les traitements de surface mais aussi dans la gestuelle. C’est un territoire que l’on avait déjà exploré avec nos boîtiers standards pour parfum solide qui sont dotés d’une petite épingle pour la recharge des godets. Notre gamme standard de vapos-sac fonctionne aussi très bien et nous travaillons sur les rouges à lèvres rechargeables. Pour La Bouche Rouge nous avons conçu des packagings en inox recyclable sans l’ajout d’aucune pièce plastique. Pour l’instant nous sommes en phase d’étude pour intégrer des matériaux végétaux dans nos packagings.

La personnalisation est une autre piste de développement ?

Annette Der Minassian : Aujourd’hui, on nous demande de plus en plus des toutes petites séries, des collections bespoke, des éditions ultra limitées, en somme de la personnalisation ! Et notre réponse est de personnaliser autant sur le plan économique qu’artistique. Cela peut passer par l’élargissement de nos gammes standards, mais avec des choses intéressantes d’un point de vue du montage de moule, des partenariats avec des fabricants de traitement de surface originale (des teintes, des effets de matière) capable de faire de la petite série, ou des étiquettes « premium » décorées par marquage à chaud… Le but étant de proposer des idées pour aider les marques à sortir du lot avec des choses exclusives en très petite quantité.

Vous souhaitez aussi développer votre activité aux États-Unis. 

Isaure de la Noue : Bien que le gros de notre activité soit en Europe, environ 10-15 % est sur le marché américain. Nous avons ouvert un showroom à Manhattan début novembre et étoffé notre équipe locale avec le recrutement d’un chef de projet ainsi qu’un vice-président chargé de développer le business aux États-Unis

D’autres projets en cours ?

Isaure de la Noue : Dans le domaine du pack connecté on travaille avec Phone Me*, une start-up française spécialisée dans les étiquettes connectées (via la technologie NFC). Notre travail est de trouver comment intégrer ces étiquettes à nos packagings. Il s’agit là d’une autre piste orientée développement durable car cela voudrait dire s’affranchir des notices papier, sans parler d’offrir des expériences nouvelles au consommateur, de mieux le connaître, de leur parler directement dans leur langue et de faire le lien avec la boutique en ligne de la marque. Sans parler de la capacité de traçabilité. On va s’y atteler en 2019 !

* Phone Me a industrialisé un process d’étiquettes connectées qui repose sur une bobine de papier intégrant des puces qui se calent sur les machines à haute vitesse des imprimeurs.

Alissa Demorest

Formes de Luxe
1 /

Metapack : une stratégie d’avenir

© Betul BAlkan Isaure de la Noue, Vahé Der Minassian et Annette Minassian, les fondateurs de Metapack

© Betul BAlkan

© Betul BAlkan

© Betul BAlkan

L'actualité formes de luxe

Nos articles les plus populaires

-
Pacollection casse les codes
-
Le sur-mesure selon Cartonnages & Belles Manières
-
Les Bouchages Delage & Tapì contemplent l’avenir

ABONNEZ-VOUS À Formes de Luxe

JE M'ABONNE
Mars 2019 - N°129 Mai 2019 - N°130 Juillet 2019 - N°131