Formes de Luxe

Le magazine de l'emballage de luxe

Formes de Luxe

Augros booste ses capacités de décor

Augros booste ses capacités de décor
Geraldine Aresteanu

Didier Bourgine, président de Augros Cosmetic Packaging, nous parle des développements en cours chez le plasturgiste français, qui souffle ses
100 bougies en 2019.

Comment se porte l’entreprise à cent ans ?

Cent ans c’est une démonstration de résilience ! Augros Cosmetic Packaging a connu des périodes fastes et d’autres plus difficiles, mais aujourd’hui on est plutôt dans un cycle de croissance et nous capitalisons sur cette remontée vertueuse. En 2018 le chiffre d’affaires s’est élevé à 17,6 millions d’euros. Entre l’investissement de 2,3 millions d’euros l’an dernier et presque 1,5 million en 2019, on aura engrangé un investissement de presque 4 millions d’euros qui va s’étaler sur trois exercices fiscaux en termes de réception des matériels.

Sur quoi porte ces investissements ?

Cette année, on accueille une machine de métallisation par sputtering, et en 2020 arrivera une nouvelle ligne de laquage automatisée plus performante. Cette dernière, qui viendra en complément de l’outillage existant, permettra l’utilisation accrue de vernis à haut extrait sec (HEC), qui sont plus propres. Nous avons d’autre part les investissements qui font partie de notre quotidien, dont le renouvellement du parc de presses sur le site d’Alençon et le maintien de l’outil, qui représente environ 2 % de notre C. A.

Votre activité est principalement dans le domaine de la beauté ?

En effet, les parfums et cosmétiques représentent 90 % de notre activité, et les spiritueux un peu en dessous de 10 %. La tendance actuelle dans les spiritueux d’une augmentation de la valeur du pack est clairement calée sur ce qu’on voit dans les parfums et cosmétiques. Les deux segments sont donc de plus en plus voisins.

En tant que plasturgiste, comment faites-vous face au plastic-bashing ?

Il faut bien regarder ce qui signifie le mot plastique. Un film fraîcheur pour l’alimentation et une bouteille d’eau sont des dérivés du pétrole radicalement différente de certains plastiques techniques que nous utilisons dans la parfumerie/cosmétique. J’estime que le problème des matières plastiques aujourd’hui est celle des matières essentiellement de l’alimentation. Il faut aussi regarder du côté du consommateur : dans certains pays développés il y a des filières de recyclage très efficaces et abouti, alors que dans d’autres pays il y a zéro recyclage. La problématique c’est la main de l’homme qui jette sa bouteille dans la nature ; il ne faut pas mélanger la source du problème et le résultat.

Comment réduisez vous votre l’empreinte carbone ?

Au niveau de la pollution créée par l’entreprise, on s’est engagé au travers de la ré-homologation de notre site de traitement de surface à réduire les émissions de COV par deux en cinq ans. Autre point clé, nos machines automatisées plus récentes sont bien plus performantes ; elles tournent mieux, plus vite et de façon plus répétable et donc avec un de taux de rebut bien moins important.
Le rendement de pulvérisation est amélioré et la quantité de vernis perdu a diminué. De plus, ces machines nous permettent d’utiliser des vernis haute viscosité par rapport aux générations précédentes qui demandaient l’utilisation de solvants pour leur dilution.

Vous créer un « objet d’exception » avec un designer français pour fêter vos cent ans.

Le brief du projet était d’arriver à faire un objet surprenant et déroutant pour notre clientèle qui soit conçu, développé et fabriqué avec les moyens de l’entreprise, c’est-à-dire avec l’ensemble des technologies que nous utilisons.
Je ne peux pas en dire plus pour le moment !

Alissa Demorest

Formes de Luxe
1 /

Augros booste ses capacités de décor

© Geraldine Aresteanu

© Geraldine Aresteanu

© Geraldine Aresteanu

L'actualité formes de luxe

Nos articles les plus populaires

-
Avec Trēva, Eastman se lance dans les bioplastiques
-
Oudin et Yves Rocher prônent la circularité
-
Guerlain en pole position sur la traçabilité

ABONNEZ-VOUS À Formes de Luxe

JE M'ABONNE
Septembre 2018 - N°126 Novembre 2018 - N°127 Janvier 2019 - N°128