Interview d'Isabelle Cornaro

Plasticienne

Jeudi, à Paris, Pernod Ricard présentait le résultat de sa collaboration avec Isabelle Cornaro. Editée en 10 000 exemplaires, la bouteille se pare d’étiquettes aux motifs décoratifs des années 1930. Rencontre avec l’artiste et la chef de produit, Cécile Dupuy.

D’où vous est venue l’inspiration ?
Isabelle Cornaro : J’ai voulu revenir aux sources de la marque, créée dans les années 1930s. Je suis donc partie à la recherche de tissus de cette époque, que j’utilise, par ailleurs, beaucoup dans mon travail personnel.
Et j’en ai trouvé un réinterprétant, de manière baroque et stylisée, la fleur d’acanthe, choisie par Paul Ricard, en 1932, pour habiller sa bouteille. Je me le suis approprié, en le déclinant dans les couleurs de la marque, en jaune, bleu et blanc.
Finalement, je n’ai que réinterpréter les éléments emblématiques de Ricard et les ai mis en scène pour illustrer sa chaleur originelle.

Quel intérêt avez-vous trouvé à cette collaboration ?
I. C. : C’est une première pour moi, cette incursion dans l’univers marketing et industriel. Et j’ai trouvé très intéressant de réfléchir à comment transposer mon univers artistique dans un patrimoine de marque, à comment créer une image efficace, voire iconique. D’autant que chez Pernod Ricard, les équipes ont été très ouvertes à mes propositions, très respectueuses de mes préconisations.

Du côté technique, quels ont été les principaux défis ?
Cécile Dupuy : La seule complexité a été de garantir l’uniformité des couleurs entre l’étiquette base argent du col et celle blanche de la bouteille. Surtout que la stabilité du jaune et du bleu est particulièrement délicate à obtenir, l’un ayant tendance à virer au vert et l’autre au violet.
De l’ordre de 3 ou quatre par an chez Pernod Ricard, ces collaborations avec des artistes sont toujours très intéressantes.

Propos recueillis par

Voir aussi :

0 | 4 | 8 | 12 | 16 | 20 | 24 | 28 | 32 | ... | 44