Formes de Luxe

Le magazine de l'emballage de luxe

Formes de Luxe

L’intelligence de la main célébrée

L’intelligence de la main célébrée
SOPHIE ZENON

L’artisanat d’art a été fêté hier soir Salle Wagram, à Paris (17e), lors de la 19e édition de la remise des Prix Liliane Bettencourt pour L’Intelligence de la main, un concours soutenu par la Fondation Bettencourt Schueller. Le prix récompense les artisans ou institutions qui contribuent au rayonnement de leur métiers dans trois catégories : Parcours, Dialogues et Talents d’exception.

La Cité internationale de la tapisserie Aubusson, fondée en 2016 suite à son classement au Patrimoine culturel immatériel de l’humanité par L’Unesco, a remporté le prix Parcours pour sa « contribution exemplaire », tant sur le plan de la transmission du savoir-faire, de la préservation d’un patrimoine historique, que sur son engagement au sein d’une communauté rurale.
Avec la dotation qui accompagne le prix (jusqu’à 100 000 euros pour le développement d’un projet), son directeur, Emmanuel Gérard, souhaite tisser des liens plus étroits avec les galeries d’art à travers la création d’une collection inédite de tapisseries, les Carrés d’Aubusson.

Le Prix Dialogues, qui récompense un travail à plusieurs mains, a été attribué à Mona Oren, mouleuse et cirier (dont l’œuvre à été mise en lumière dans les pages de Formes de Luxe ici), Jérôme Malbrel, ingénieur, et Lionel Bourcelot, designer, pour Vertex Eidôlon, un objet que l’équipe de créateurs qualifie comme le « haut parleur du XXIe siècle. Imaginé avec une méthode inédite qui privilégie une motorisation linéaire plutôt que le traditionnel mode circulaire, il produit une musicalité exceptionnelle ». La « maîtrise du moulage, la finesse de la matière et les infimes variations d’épaisseurs », sont le travail de Mona Oren. La structure finale est composée de résine époxy et graphite avec un équipage mobile et voilure en papier Kozo (feuille de murier à soie), fibre de bambou et contreplaqué de bouleau.

Le travail du plumassier Julien Vermeulen a été récompensé par le prix Talents d’Exception pour son projet Black Ocean, un mur de plus de 12 000 plumes de dinde taillées en flèches et teintes à l’encre de Chine où « l’assemblage des plumes crée une perspective qui dessine vagues et volutes ». Le prix va permettre à l’artisan parisien la création d’outils de plumasserie « de plus en plus rares » dans son métier. Il souhaite aussi « tenter de faire croître la filière française de production de plumes » afin de pouvoir sourcer la matière première de proximité. « Les métiers d’art sont si importants dans un monde où le luxe se standardise ; nos savoir-faire sont un antidote à cette standardisation », explique Julien Vermeulen.

Alissa Demorest

Formes de Luxe
1 /

L’intelligence de la main célébrée

© SOPHIE ZENON Black Ocean de Julien Vermeulen, lauréat 2018 Talents d'exception

© SOPHIE ZENON Cité internationale de la tapisserie - Aubusson - lauréat Parcours 2018

© SOPHIE ZENON Cité internationale de la tapisserie - Aubusson - lauréat Parcours 2018. La tapisserie Tolkien

© SOPHIE ZENON Julien Vermeulen - lauréat Talent d'exception 2018

© SOPHIE ZENON Vertex Eidôlon de Mona Oren, Jérôme Malbrel et Lionel Bourcelot - lauréats du prix Dialogues 2018

© SOPHIE ZENON Mona Oren, Jérôme Malbrel et Lionel Bourcelot - lauréats du prix Dialogues 2018

L'actualité formes de luxe

Nos articles les plus populaires

-
InnerWorkings : La croissance est dans le carton
-
Des pinceaux couture chez Cosmogen
-
Piramal mise sur l’Europe

ABONNEZ-VOUS À Formes de Luxe

JE M'ABONNE
Mars 2018 - N°123 Mai 2018 - N°124 Juillet 2018 - N°125