Formes de Luxe

Le magazine de l'emballage de luxe

Formes de Luxe

Honneur à l’écrin

Honneur à l’écrin
023071120372

Pascal Pozzo, directeur de Pozzo di Borgo Styling, la cellule de création du fabricant suisse Gainerie Moderne, est un spécialiste de l’écrin, qu’il soit destiné à l’horlogerie, la parfumerie ou les spiritueux. Il décrypte quelques tendances qui guident la création dans l’univers des écrins de luxe.

Votre approche de l’écrin à l’égard de l’horlogerie est-elle différente de celle qui prévaut dans d’autres secteurs ?

Contrairement à l’écrin d’un parfum, par exemple, celui de la montre cautionne, mais ne pousse pas à l’achat car c’est seulement quand l’on passe à la caisse que l’objet est placé dans son écrin. Il n’est donc pas un moteur d’achat. Sur des pièces très “horlogées” et produites en quelques exemplaires, nous essayons de garder ce que j’appelle une double vision du luxe. Je m’explique : lors de l’achat, la montre est vendue avec un écrin plutôt imposant et qui peut être encombrant. Nous dessinons donc un deuxième écrin pour le voyage, qu’on peut facilement glisser dans sa poche – cette version pochette doit être simple et épurée. Et dernier point, en terme de coût, pour une montre exceptionnelle, l’écrin peut revêtir la même importance qu’une pièce de la montre elle-même, telle que l’aiguille ou le cadran.

Et en terme de matériaux ?

Nous réservons le bois aux projets haut de gamme. Mais quand les budgets ne le permettent pas, certains produits sont simplement couverts de papier collé, sublimé par un vernis ayant l’aspect du bois. Les marques qui souhaitent des solutions plus écologiques optent pour des matériaux composites à base de déchets de bois ou pour du carton fabriqué avec des déchets organiques, tels que l’ananas. Le souci premier étant de limiter la consommation de matière de base.

Actuellement, il y a aussi d’énormes efforts faits sur le recyclage des cuirs, qui sont mis dans des bains, broyés et réutilisés. C’est une solution plus abordable que le cuir “vierge”, et la qualité obtenue est assez bluffante, avec une large palette de grains et de reliefs. On peut tout faire avec cette matière. Après, c’est une question d’outillage.

En règle générale, nous dessinons à partir du brief. Ensuite, la Gainerie Moderne fait des propositions de matières. Mais du point de vue du designer, une matière ou une autre, ça ne change pas grand-chose.

Comment abordez-vous l’éco-conception dans la phase design du projet ?

L’innovation réside essentiellement dans la réutilisation de l’écrin, afin de lui donner une seconde vie. C’est logique car si le client garde l’écrin, il garde aussi la marque ! Pour ma part, je m’intéresse aux modes de vie et aux thèmes – l’amateur de cigares ou de motos, par exemple ­– pour que ces deuxième vies s’accordent avec le consommateur. Il ne s ‘agit pas seulement de donner une seconde vie à l’écrin : il faut que celle-ci ait du sens pour celui qui achète le produit.

L’e-commerce entre aussi dans la réflexion de l’écrin éco-conçu car cela demande des emballages adaptés avec des écrins plus ergonomiques et moins encombrants. Nous travaillons beaucoup là-dessus. Quels que soient le mode d’achat (en boutique ou sur internet) et la demande du client, je reste sur la même ligne : ne pas jeter pour garder l’essentiel !

Alissa Demorest

Formes de Luxe
1 /

Honneur à l’écrin

© 023071120372

© 023071120372

© 023071120372 Avec son design inspiré par le flacon cigale de Lalique, cet écrin pour la parfum Noir Premier, " sert le flacon, au lieu de le vampiriser " explique Pascal Pozzo.

© 023071120372

© 023071120372

© 023071120372

L'actualité formes de luxe

Nos articles les plus populaires

-
Innovations Luxe Pack Monaco : bouchage & capots
-
Louis Vuitton parfume la maison
-
Question de Matière selon American Supply

ABONNEZ-VOUS À Formes de Luxe

JE M'ABONNE
Juillet 2018 - N°125 Septembre 2018 - N°126 Novembre 2018 - N°127